Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 décembre 2013

Enfin seule

Pour l’instant, 19/12/13 est mon jour préféré de mes congés …c’est MA journée glandouille prévue depuis au moins un mois. Oui j’adore aujourd’hui, ma pause. Mon téléphone et moi sommes en mode avion. J’ai la maison rien que pour moi aujourd’hui. Chauffage à fond donc, tenue décontractée mais pas négligée. Une heure s'est déroulée entre le moment où j’ai ouvert les yeux et celui où je suis sortie de la salle de bains. Mes cheveux ne sont pas enroulés en chignon. Je ressemble à boucles d’or, mais en vieille avec des chevaux en laine qui parcourent mon crane au galop. Mais bon, j’ai décidé que rien, aujourd’hui ne me prendrai la tête. Exercice plutôt périlleux que de maitriser l’humeur avec ce handicap capillaire, mais je relève le défi. Conclusion, plus de miroir après un petit peu de crayon noir sous le vert de mes yeux. Euh oui je me la pete, aussi aujourd’hui. J’ai de beaux yeux et en je n’en fais pas un complexe.
Pour commencer je m’autorise à laisser tomber la lecture de l’écrivain dont le prochain livre ne me manque plus comme avant. Aujourd’hui ça sera, donc, un peu de BD, Gaston les 2 premiers tomes et les « idées noires » de Franquin. Une journée glandouille sans régresser n’est pas une journée glandouille digne de ce nom, à mes yeux en tous cas.
En mode bien être, paresseuse branchée à ma façon. Je me rends compte que je suis un peu rouillée, à cause du manque d’entrainement, mais c’est pareil que le vélo : une activité sympathique qui ne s’oublie pas, un peu comme l’amour non ?
À présent, l’envie de fumer une clope, et de boire un thé tout simple au citron, me guident vers la cuisine puis le bureau. Exit les thés aux parfums improbables. J’ai déjà essayé, c’est comme le savon, ce n’est pas bon…
Il pleut, et moi, je suis entre la fenêtre de cette petite pièce et le verre de mon écran. Je me tiens à carreaux au chaud. Mon chien est couché à mes pieds, et râle un peu quand je veux aller chercher mon thé. Le médicament magique a sonné à la porte du micron ondes pour m’avertir qu’il était chaud, comme je l’aime. Ça fait du bien de vouloir aimer la vie aujourd’hui.
Monsieur mon chien est une grosse feignasse de 45 kg entourés de plein de poils longs et blancs. Le jour où je serais obligée de l’enjamber, parce qu’il ne voudra plus se pousser pour me laisser passer , c’est que toute mon autorité dans cette maison, ne sera plus qu’un mauvais souvenir...
Quand ce chien dort sur le ventre, on dirait une peau d’ours décorant le parquet de la salle à manger. Je le savais que j’aurais dû prévoir une cheminée dans cette maison, elle aurait fait joli à côté du chien.
Non mais ça va pas moi, de penser des trucs pareils, je m’embrouille l’esprit. Je dois renoncer à déterrer la hache de guerre du délicat sujet de l’absence de cheminée dans cette maison.
L’horrible phrase: « ah je te l’avais bien dit » est désormais interdite dans mon vocabulaire. Edit du jour.
Il y a du brouillard, c’est raccord avec le calme que je me prescris. Je fais du lèche vitrine, en style Zalando, et j’ai une liste impressionnante d’articles préférés, des trucs qui ne plairont plus dans un mois peut-être. Mais que je m’autoriserai, si j'arrive à me décider pour un haut chouette, si j’arrive à perdre au moins 5kg. Bon, mais ça c’est un autre sujet, et aujourd’hui je me suis promis de ne pas me prendre la tête, ça tombe bien, je n’ai pas faim.
Tout ça pour dire que mon esprit en vienne au sujet des fêtes de Noel. A force de voir des sapins verts qui brillent, on y pense un peu forcément, à cette pute de magie de Noel. Les tarifs sont de plus en plus chers, je trouve. Pas vous ?
J’oublie vite s les plaisirs rapides. Les yeux brillants d’enfants qui ne sont plus les miens. Les miens qui ont grandi et tout comme moi ils sont devenus plus égoïstes qu’avant. Ce sont des ados, je me dis que c’est normal qu’ils se la jouent perso depuis déjà longtemps. J’ai cédé et fini par capituler en les imitant. Tant pis pour eux, je dis. jeudi 19/12/13
Ben non, le père Noel n’existe pas. Même si on n’aime bien se réunir avec toute la famille de temps en temps, de là à être aveuglé par le bonheur de déchirer du papier à facettes…Néanmoins un jour où tout la famille s’embrasse et se dit merci, ça n’arrive pas si souvent. Ce jour-là les petits conflits se font discrets.
Telle est ma devise pour aujourd’hui aussi.
Et je vais commencer, pas plus tard que tout de suite? par me choisir mon cadeau de Noel. Et m’amuser à le faire deviner ce soir, par l’homme de ma vie. Le moment qui sera le plus délicieux de la journée, si je me débrouille bien. Parce que je sais qu’il y aura un bisou quoi qu’il arrive. En plus je lui épargne la difficile mission de m’offrir un cadeau. Et s'il a déjà prévu un truc je le verrais à sa tête, et ça me fera bien marrer avant de l’embrasser…

smiley_by_adde_man-d2zed6x.png

15:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Sur certaines lignes, on peut désormais téléphoner sur son portable...

Écrit par : collignon | 19 décembre 2013

bonjour,
je ne vois pas bien le rapport

Écrit par : ellesurlalune | 20 décembre 2013

Excellent texte ! Grande virtuosité d'écriture ! ça requinque même si c'est pas fait pour )

Écrit par : poèteenherbe | 20 décembre 2013

merci infiniment pour ce compliment :)

Écrit par : ellesurlalune | 20 décembre 2013

Les commentaires sont fermés.