Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 novembre 2011

La consternation.

Marie-Chantal, je la revois encore : au jardin public, au milieu des autres mamans en congés parental (issues de différentes catégories socio professionnelles, après tout le square est à tout le monde. Merde! Surtout que c'est toujours mieux qu'un balcon) ,elle, donc assise à coté de moi sur un banc à l’air frais, attendant l’heure d’aller tremper les mioches au bain , en général c’est, depuis la nuit des temps, juste après la fin de la sieste et du gouter.

Je me souviens encore, de l’époque où sur le chemin qui mène à mon boulot, je me demandais si je devais l’envier en la voyant choisir chez Jaccady des robes taille 3 ans en vichy, ou un duffel coat bleu marine.

J’avais les cheveux courts, et son carré, lui, était toujours impeccable, nous étions environ fin des années 90,

Je souris, encore, en me souvenant de ce qu’elle prétendait, elle disait que sans télé dans la maison, c’est raccord avec l’éducation qu’elle a choisi pour ses enfants.

À Noël dernier Louis et Pauline ont reçu respectivement un Mac Book et un I Pad. ( Louis et Pauline : les ados de Marie-Chantal.)

À la place de m'excuser d'avoir un maigre budget, je dis à mes ados à moi en insistant sur un ton ressemblant à un sermon, que Louis et Pauline  n’avaient, sans doute, pas eu la démarche  de se demander si ça valait vraiment le coup d’avoir beaucoup de trucs épatants pour eux tous seuls, des trucs très chers bien évidement. .

Puis je leur demande si nous devions les envier pour autant ? Bref une question équipée de mots, pour eux, chiants.Ils me répondent « BEN OUI  « . C’est à ce moment précis que je sens, que malgré tout qu’ un mince lien s’est tissé entre Marie-Chantel et moi, au fil des années. Dit lien ayant un rapport avec la consternation.

images.jpg

22:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.