Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 mai 2011

Lipo

Un homme si peu vivant, moi combattant survivant. Une boue enterrant petit à petit chacun de mes pas. Chaque nuit je te rejoins, chaque nuit est un printemps un songe, entre aube et  sombre. Mon monde en dedans. C’est du sang, du sans toi étrangement, trancher entre rêve et monde du dedans.

*

Je t’écris du sombre de ma tante. Verdun est froid, humide, austère en plus d’être le centre du monde, celui de la guerre.
Dans quelques heures les camions vont venir nous chercher pour nous ramener au front. Maudite tranchée. J’espère, ce soir, revoir mes copains. Chaque jour est une immensité à traverser. Chaque homme colle au sombre au sans dedans, du sang également.
Je nourris l’espoir de te revoir, toi André Lipo. L’homme que j’ai désigné comme celui qui prend soin de ma mère.
Au cas où je ne reviendrai pas de l’enfer du monde. Sur le granit de n’importe quel tombeau d’un soldat inconnu, je voudrais que tu inscrives à la craie mon prénom. La craie c’est un peu comme le sang des soldats, ça disparaît sous des larmes ou de la pluie.

guerre.jpg

11:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Bel exercice d'art épistolaire, ponctué d'un émouvant "finale" (inspiré des derniers mots de Roy Batty dans "Blade Runner" ?).

Écrit par : Pascal | 27 mai 2011

YES !
J'ai proposé aux participants de mon dernier atelier d'écriture un exercice basé sur la correspondance . Et bien sur je n'ai pu m’empêcher d'y rajouter mon grain de sucre .
Biz Marie
http://societedelecturedemoussan.hautetfort.com/

Écrit par : ellesurlalune | 27 mai 2011

Je suis allé voir ça, et j'ai bien aimé ton haïku, aussi. Leur as-tu présenté les Lettres d'Edwige ?

Écrit par : Pascal | 27 mai 2011

non , car elles connaissent la nouvelle et je ne voulais pas qu'elles soient influencées . Il fallait qu'elles découvrent les lettres reçues .

Écrit par : ellesurlalune | 27 mai 2011

Les commentaires sont fermés.