Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 août 2015

la place passager

23h, c’est l’heure :

Je mets fin à ma lecture et ferme le livre de poche tout corné sans même prendre la peine de le reposer sur le rebord du lit. Je le laisse choir là, à coté de mon oreiller, à la place passager.
Olivier fait le mort devant la télé, étendu sur le canapé, avec le coussin qu’il l’aime bien sous la nuque.
Mais je fais, tout de même, un effort en ce qui concerne ma paire de lunettes, qui veillera sur le rebord de la table de nuit. En tendant encore un peu plus le bras, j’atteins l’interrupteur.
Dans le noir je repositionne sous ma nuque l’oreiller que j’aime bien
déjà mes paupières sont fermées, et déjà je me demande ce que demain je vais porter demain au bureau. Mentalement, je passe en revue ma garde-robe. Mon cerveau est en mode applications… cela peut prendre un certain temps, je filtre, tout dépend d’un tas de critères du genre : poids, météo, saison, humeur, divers...une fois la chose faite, vais-je rêver et à quoi bien sûr ? Comme chaque soir, j’essaye de ne plus penser à rien, et de me concentrer au moins 5 minutes sur ma respiration.je tente une pseudo méditation qui fonctionne plutôt pas mal. Puis, me sentant bien, un film ou un texte que j’aime bien revient à la surface. Et c’est là, que la manœuvre mentale devient risquée. Je dois me concentrer pour éviter de repenser aux années qui me séparent de la 1ere fois où j’ai vu, lu ou entendu le sujet.
Bref, j’ai un peu peur de certains souvenirs, surtout des bons…
juste avant de m’endormir, c’est, malgré tout un moment privilégié. Du noir, quelles images ou mots vont surgir de mon sommeil ? À chaque fois, c’est la question.
Puis, vers 3h du matin Olivier va râler, quand il s’allongera sur la bio de Catherine de Médicis. Après avoir évité de justesse une tong, grâce à la lueur de son portable ….au réveil, je ne me souviendrais de presque rien, à part du fait qu’il y a un passager la nuit…

Telle est ce soir ma pensée

48646541564.jpeg

22:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.