Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 février 2014

No stress for once in this week

Un vendredi presque parfait.Putain !j’ai eu une énergie moi aujourd’hui, incroyable. Je n’en reviens pas en corps : levée à l’heure, timing parfait entre le moment où j’ai décollé les paupières et celui où j’ai démarré la voiture. J’ai même pu prendre le temps de manger un truc avant de partir. Manger assise au bar de la cuisine avec mon grand verre de jus d’ananas dans la main gauche et un pain au chocolat industriel dans celle de droite. Cela fut décisif pour La gestion du restant de la journée : 5 minutes à dévisager le matin gris et froid par la fenêtre de la cuisine, à ne penser à rien d’autre qu’ à, ben heu…,à rien…
De plus, cette contrefaçon de viennoiserie est plus digeste consommée ainsi, plutôt que vite fait dans la voiture. Pour une fois je ne vais pas rouler trop vite pour tenter de rattraper les 10 minutes de retard habituelles.
No stress for once in this week .
Heureusement qu’aujourd’hui j’étais en forme. Car chaque seconde, chaque minute, chaque heure se sont déroulées, au bureau comme à la maison, de la même façon, c’est-à-dire très vite… j’étais, donc, pressée de voir tomber la nuit…
je suis sure que vous comprenez.
C’est chouette quand aujourd’hui se passe de cette façon. Pour une fois d’attaque, comme une amazone sans cerne, ni repli. Tellement efficace que j’ai même eu le courage de m’avancer en compta pour lundi matin.
Le fameux lundi matin où je vais arriver avec le cerveau et le cheveu rebelles, les effets du rendez-vous de demain matin chez Lucie ma coiffeuse se seront complètements dissolus, hélas. J’aurais le sourcil froncé et je sais déjà que le fait de cheker mes mails sera une épreuve. Puis je me dirais : allez soldat-mère-femme-secrétaire du courage pendant encore 5 jours ma belle.
jusque-là, c’est certain vous me suivez.
Bref tout ça pour dire que j’adore le vendredi soir, pas encore au bord de l’ennui. Je me sens bien surtout à la naissance de 21 heures. j’ai faim de détente ; de l’envie: téléphoner à mes parents et à mes sœurs ,demanger des chocolats en chœur, faire l’amour, cuisiner, marcher avec mon chien, passer au moins deux heures à finir de souder ma statue. Dite œuvre qui va finir par devenir marteau à force de faire l’enclume sur mon établi … plein de trucs je vous dis.
Ce soir ce n’est pas QUE la Saint Valentin c’est surtout vendredi
Je me demande si toujours vous me suivez ?
imagesCAOACJ9W.jpg

22:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Ce texte est une véritable gourmandise qu'on suit pas à pas, en marchant main dans la main avec vous pratiquement. Virtuose !

Écrit par : poèteenherbe | 14 février 2014

Les commentaires sont fermés.