Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 juin 2011

L’homme est-il condamné à se faire des illusions sur lui-même ?

L’homme est-il condamné à se faire des illusions sur lui-même?

Mon année de terminale « L « est bien loin, trop loin . Mais à cette question philosophique je répondrais par un autre sujet lunois,  deux questions hautement existentielles :
Pour les lunois qui ne le savent pas encore, j’habite dans le sud de l' hexagone (voir carte colonne de droite), et donc entre mer et montagne. He oui j’ai de la chance, je peux skier le matin et aller faire un tour sur la plage l’après midi, SI JE VEUX. J’ai donc la possibilité, grâce à ma situation géographique, chaque année d’observer le cheptel de touristes venant se mettre au vert dans la région où je demeure. Deux questions existentielles s’imposent, donc, à moi :

Petit ah :

Pourquoi les touristes s’habillent-ils en randonneurs ( sac à dos, gourde et chaussures de marche) pour aller visiter la Cathédrale St Just à Narbonne ou autres vestiges romains, et faire les boutiques en plein cœur du centre ville ?

rando.jpg

Petit d’eux :

Pourquoi ces mêmes touristes s’habillent-ils à la mode dernier cri ( banane autour de la taille,chemises cintrées , sandales ressemblant à celles de Jesus, et bouteille d’eau en plastique de 25cl ) pour faire des randonnées de 4h en pleine montagne ?

jesus.jpeg

chemise.jpg

 

 

Tout ceci reste un mystère pour moi …
L’homme est-il condamné à se faire des illusions sur lui-même ? Peut-être que l’homme croit encore que le sol qu’il foule est vraiment fait pour lui …

Voilà . À vos copies, vous avez 4h !

 

10:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

Commentaires

Peut-on avoir raison contre les faits ? Tel était le sujet du bac de philo hier. Or les faits, ici, sont vérifiables. L’espèce curieuse des touristes s’habille de manière inversement proportionnelle au champ de ses activités. Comment comprendre cela ?
Soit les touristes apprécient mal les difficultés qu’ils vont rencontrer (et ils s’imaginent par exemple que gravir les trois marches qui mènent à la cathédrale équivaut à escalader la Canigou de nuit), soit ils inversent sciemment leur habillement pour se démarquer de l’indigène, lequel les contemple alors avec ahurissement. La réponse est à chercher de ce côté, car vu le nombre élevé (et pour ainsi dire exorbitant) de touristes, on ne peut pas croire qu’ils se soient tous trompés au point de confondre la cathédrale avec le Canigou. Pas tous, non, ce n’est pas possible !

Donc, il nous faut bien admettre qu’ils agissent sciemment en se déguisant de la sorte. Leur but est de se singulariser et de se démarquer de la population locale qui elle n’est pas en vacances mais travaille (ou du moins fait semblant). Les touristes veulent donc afficher ouvertement leur statut particulier en inversant toutes les règles locales. S’il est de bon ton de se reposer entre 14H et 16H dans le Midi, ils feront exactement l’inverse. S’il est habituel de se munir de chaussures de marche en montagne, ils mettront des sandales, histoire de montrer qu’ils ne se soumettent ni aux coutumes indigènes, ni à la nature des lieux. Car ils sont les rois, presque des Dieux (du moins pour quelques jours). Il est important aussi qu’ils puissent se reconnaître entre eux, afin de se rassurer sur l’existence réelle des vacances qu’ils sont en train de passer.

En conclusion, on peut dire que le touriste est une espèce migratoire, qui se déplace en troupeaux importants et à date fixe, pour envahir et coloniser les terres du Sud. De même que leur route est inversée par rapport au flux migratoire des oiseaux (qui eux volent S-N au printemps, tandis que le touriste roule N-S en été), leur accoutrement est lui aussi inversé. Le but est bien de montrer à l’habitant du coin qu’il est dépossédé de sa terre et que les règles qu’il avait instaurées n’ont plus lieu d’être tant que les touristes seront là.

Voilà, voilà, je sus dans le délai de quatre heures.

Et on recevra quand la cotation ?

Écrit par : Feuilly | 17 juin 2011

La réponse est beaucoup plus simple que celle envisagée par Feuilly, puisque le comportement et les intentions du touriste sont simples.

Le touriste souhaite deux choses pendant ses vacances:
1) faire le plus de choses possible (il s'agit d'être content de sa journée, et avoir des tas de choses à raconter au retour)
2) avoir le moins de contraintes possible (sinon ce ne serait pas des vacances; il s'agit dêtre cool).

En conséquence:
il est hors de question de prévoir clairement ce que l'on va faire dans la journée, cela correspondrait trop à sa manière de vivre dans l'année, imposée par les restrictions temporelles du boulot et des horaires d'hypermarché.

Donc:
Le groupe du PETIT-A décide simplement le matin qu'ils feront une balade en montagne, randonnée, etc. On s'habille donc pour l'événement principal de la journée, quel que soit l'horaire auquel il se déroulera, le matin ou l'après-midi; on peut donc acheter des cartes postales en bord de mer avant de gravir une montagne, et inversement. tout dépend de l'heure à laquelle tu les as croisés. D'ailleurs, toi, qu'avais tu mis aux pieds......

Le groupe du PETIT-B ressemble au premier: l'objectif était de ne rien faire aujourd'hui, suivant un prétexte qui n'intéresse personne. Mais ne rien faire peut s'avérer chiant, donc on embraye sur un tour à la montagne, histoire de se prouver qu'on a su remplir sa journée tout de même (et se prouver son adaptabilité, son opportunisme aussi). Il est hors de question de se changer, cela prouverai que les décisions prises le matin étaient les mauvaises, donc risque de tensions entre les protagonistes....

Feuilly n'est pas en phase avec la réalité du touriste, à mon humble avis: s'est-il une seule fois habillé en se disant, en vacances, qu'il allait prouver à tous qu'il était en vacances, lui ? Le touriste ne cherche pas à s'habiller comme un touriste; il cherche avant tout à ne pas s'habiller avec des fringues qui lui rappeleraient son quotidien à lui.
Il n'y a pas non plus de volonté de dépossession de la terre, à mon avis toujours si humble. Le touriste est plutôt dans une chaleur universelle, visitant les sites avec un sentiment du style 'la terre appartient à tout le monde", "l'histoire est notre bien commun". Le touriste est d'ailleurs le plus proche de la vérité, puisqu'elle n'appartient à personne...

Écrit par : D'Arcy | 18 juin 2011

@ Feuilly : Ton approche du sujet rejoint le mien .
@ D'Arcy : Parlons des aspects pratiques , entre plage de Grussian il y a 2 heures et demi de route et environ 10 degrés de température d'écart , ce qui laisse le temps de changer de tenue d'aventurirer , dite tenue que l'on peut laisser dans le coffre de la voiture au cas où l'on changerait de destination . Pour Une rando ( même "facile ") , il faut au moins des chaussures adaptées qui feront que ut ne tomberas pas dans le ravin , et une gourde car s'hydrater est essentiel dans ce genre de "périple" . Je t'invite à aller voir l@ : http://www.youtube.com/watch?v=of4i8k6CTdQ
petit rando fatoche , mais devenant digne d'un épisode de Kho lanta si cette rando est parcourue avec les chaussures de Jésus :
ou alors faire la dune du Pilat, à la place ça marche en tongs ou en après ski ...
Cela dit j'aime bien les touristes puisque j'en suis une déambulant dans les états d'âme qui me traversent .
La terre appartient à tous certes , nous la divertissons ou la contrarions selon...
Voilà voilà

Écrit par : ellesurlalune | 19 juin 2011

@MP> Question centrale restée sans réponse:
"D'ailleurs, toi, qu'avais tu mis aux pieds......"

Écrit par : D'Arcy | 19 juin 2011

Des escarpins bien entendu
poupoupidou :)

Écrit par : ellesurlalune | 19 juin 2011

Bien entendu...
Tu ne changeras donc jamais.
...

Écrit par : D'Arcy | 19 juin 2011

" tu ne changeras donc jamais "
Parce qu on se connait ?

Écrit par : ellrsurlalune | 19 juin 2011

Je confirme, en riant, en lisant ton commentaire:
"tu ne changeras donc jamais"........
Qui est la personne que tu aimes et détestes le plus au monde, de manière entière et toxique ?

A) Dieu
B) François Hollande
C) Moi, si j'étais Julien Gracq

Réponse claire et tordue: tu vois, personne ne change.

Donc moi non plus.........................

Écrit par : D'Arcy | 19 juin 2011

Détester quelqu un c est pour moi du temps perdu.
J en ai déjà pas assez à panser mes blessures .En plus "détester " est une chose de la vie que je ne trouve pas importante . À la place je préfère retenir les leçons, ça m apprendra!

Écrit par : ellesurlalune | 20 juin 2011

Je vais y réfléchir....Mais peut-être demanderais-je de l'aide de mon fils qui avait eu 16,50 sur 20 au sujet du bac L philo ! Bien évidemment reçu haut la main ! Néanmoins je vais y réfléchir il y a tant à dire sur le sujet ! A bientôt petite LP

Écrit par : Pénélope | 20 juin 2011

Je vais me faire l'avocat du Diable !! Tu décris en fait 2 sortes de touristes : celui qui ne veut pas mourir idiot et qui après sa balade en montagne visite les richesses culturelles et "artisanales" du coin et celui irrécupérable C...d qui n'a rien compris à rien (c'est celui qui jette ses papiers gras partout, garde son portable allumé dans les musées et au restau.....et qui conduit sa grosse moto en tongs et débardeur l'été !!). Le premier rapporte des souvenirs du "cru" et le second rapporte les mêmes M... made in China qu'il trouve au coin de sa rue !!

Et pour notre plus grand mâleur (nous qui vivons dans des zones dites touristiques) la deuxième catégorie domine !!

Biz ma belle (vivement cet hiver !!!)

Écrit par : ACHIKO | 21 juin 2011

C'est aujourd'hui l'été. Pour la plupart de ceux que vous quatre décrivez, cela signifie congés, farniente ou activités, découverte ou ignorance... Quoi qu'il en soit, un mot les réunira (à peu près) tous : soleil. Celui qui rendra leur misère un peu moins pénible à porter, comme le chante si bien Aznavour. Et puisque c'est la Fête de la musique, ils chanteront à tue-tête "Voilà l'été" (mais en auront-ils bien compris toutes les paroles ?). Pourtant, ils ne voient pas que l'astre ainsi vénéré pour leur dispenser chaleur et lumière, dans un délicieux engourdissement, entame déjà son déclin - car c'est en décembre qu'il revient. En rompant l'harmonie avec son univers, l'homme a substitué au réel une autre réalité. Ce qu'il voit monter descend, et inversement, comme dans l'escalier d'Escher. Illusion, disais-tu ?

Écrit par : Pascal | 21 juin 2011

@ Achiko : note quand même que beaucoup d' autochtones sont aussi de vrais connards, mais comme la population double en été dans les zones touristiques celle des connards aussi, ce qui est logique . L'illusion n'est donc pas , c'est juste une évidence. Bisous ma belle
@ Pascal : Eh bien moi je préfère l'hiver pour aller faire ma touriste équipée tout en Décathlon pour dévaler les pistes de ski, ou bien me promener avec mon chien panda au bord du lac de Balcère; note aussi que j'ai eu un mélanome il y a déjà quelques années , alors la communion avec chaleur et soleil dans mon cas c'est bof ...Mais comme mon chéri habite le sud, j'ai fait le choix de l'écran total ( celui pour les enfants, protection 10000).
D'où ma préférence pour la lune et le marine. J'ai élu la nuit comme résidence secondaire et refuge, mais je crois bien que penser que l'en -nuit m'appartienne est illusion , non ? dit elle avec l'accent du sud. biz mon copain

Écrit par : ellesurlalune | 21 juin 2011

Certes bcp d'autochtones sont de vrais c.. (tu prêche une convaincue) mais ils ne squattent pas les musées avec leurs chiards hurlants... ils font la crêpe sur la plage à entretenir leur futur cancer de la peau !! Tant mieux car comme toi je fuis le soleil et donc ces lieux de ......... bref je m'égare !!

Ce soir musique et danse au programme !! Une de mes fêtes préférées alors qu'elle célèbre la saison que j'aime le moins !! Va comprendre Charles........

Bizouilles ma belle

Écrit par : ACHIKO | 21 juin 2011

Les commentaires sont fermés.